Olivier Gallais
Podcast | Réveil de conscience
• 6 août 2022

La Sagesse commence quand la peur recule

Comment adombrer l’humanité
Les hommes vont là où on les pousse. Ils ne se posent pas de questions. Ils courent après des plaisirs tout aussi éphémères qu’artificiels comme les bœufs vont à l’abattoir. Ils ne veulent que consommer, croire, jouir que de ce qu’ils croient être jouissif parce qu’on les a intoxiqués à le croire.

C’est un savant mélange concocté dans le chaudron de la bêtise humaine. Un endoctrinement fait d’un peu de rêve, un peu de sexe, un peu de peur, un peu de mots plaisants, beaucoup d’images primaires et de mots primitifs, beaucoup de couleurs vives et agressives.

Les hommes sont ainsi faits qu’ils croient, dur comme fer, que leur bonheur peut venir de l’extérieur. Qu’il existe des recettes de bonheur. Que leur bonheur pourrait dépendre de quelque chose d’autre qu’eux-mêmes. Alors ils perdent leur vie à chercher ce quelque chose alors que tout est déjà ici et maintenant, en eux. L’homme cherche toujours dehors ce qui est dedans.

La peur paralyse l’esprit
Faire tout avaler via des peurs imaginaires qui engluent l’esprit. La peur paralyse l’esprit et l’emprisonne dans un dédale de projections imaginaires pour mieux faire avaler l’inacceptable, l’inconcevable, l’inavalable…

Avalez, mais avalez donc, peuples ignares et crédules. Gobez tous ces slogans qui parlent au cerveau reptilien et ces argumentations structurées qui parlent au mental. Consommer sans réserve, et surtout sans esprit critique, ce doux et amer poison pour mieux vous lobotomiser. Que la première bouchée vous régale mais prenez garde que la dernière ne vous étouffe… à l’insu de votre plein gré !

La soumission par la peur de l’autre !
Ce que nous révèle cette stratégie du choc, cette manipulation de masse ; la soumission par la peur de l’autre !
Au lieu de réapprendre à transmettre, comme par contagion, des passions, des enthousiasmes, des valeurs, des comportements. Bref de la joie de vivre, de la joie de devenir, de la joie de faire, de créer, de participer, d’échanger. Ce contexte anxiogène et liberticide a exacerbé des réactions émotionnelles déjà déstabilisées, cristallisées pour ne pas dire psychotiques.
L’autre, qui était avant nos proches, nos amis, nos voisins, nos collègues, au lieu de devenir source de plaisirs et d’échanges, mais surtout d’apprentissages, est devenu source de suspicion, de danger et pire, de frustration et de colère s’il ose enfreindre ces règles absurdes que l’on a gobé jusqu’à l’hameçon.

Quand la loi est injustifiée, l’obéissance devient injuste alors la désobéissance devient juste
S’accomplir en plénitude, c’est accomplir tout ce qui peut l’être, ici et maintenant. Faire bien ce qu’il y a à faire, ici et maintenant. Le reste importe peu. En fait, il faut écouter ces perceptions innées ;

=> La claire-vision qui dévoile le véritable visage de la personne ou de la situation que l’on a en face de nous ; est-elle aussi clean ou lumineuse que l’on veut bien nous le faire croire.

 

=> La claire-audition qui nous divulgue la vérité sur ce que l’on veut nous vendre au-delà des mots prononcés ; est-ce que cela résonne en moi, « me parle » ou est-ce que cela sonne faux !

 

=> Les deux ensembles, le clair-ressenti ; cette personne/situation n’est pas aussi bonne qu’elle voudrait le faire croire, ce qu’elle dit sonne faux et en plus, je ne la sens pas…Eh bien dans ce cas, je ne lui accorde aucun crédit et ne lui fais surtout pas confiance. Encore moins pour lui confier ma santé, mon avenir ou décider de ma liberté de mouvement, de penser.

Nous devons être libre de nos propres choix mais aussi être autonome et conscient de notre condition en ce plan. Nous ne devons plus accepter aucune morale imposée, nul jugement des élites auto-proclamées et cooptées (financières, politiques, étatiques, industrielles, intellectuelles, spirituelles et new-ageuses) ou des gueux sous influence.

Ces pseudo-élites veulent nous voir ramper et manger la poussière, et avec reconnaissance en plus. Ne leur donnez plus ce pouvoir sur vous, demeurez fidèle à vos valeurs. Soyez ceux qui se posent pour méditer et trier le vrai du faux. Ceux qui se dressent pour rayonner autour d’eux. Ceux qui illuminent ces inconnus qui croisent leur chemin. Sans chercher à convaincre, ni à convertir…juste réveiller.

Il faut retrouver ces langages qui parlent à l’intuition. Ces langages de l’âme, c’est-à-dire, qui anime l’Être pour le propulser sur la voie de son propre accomplissement. L’enthousiasme des hommes se gagne par la passion. Or, les langages de la passion ne sont pas ceux de la raison et encore moins ceux de la raison d’autrui.

Vous devez être loyal, fidèle et responsable dans chacun de vos actes, dans chacune de vos pensées, chacune de vos paroles. Restez vigilant et travaillez chaque jour à accomplir cette mission, guidé par la Lumière de l’Âme et la Lumière de votre Cœur. Soyez un Être de droiture, de franchise, de soutien, de compassion…C’est le chemin de l’Âme.

Paix, Amour & Lumière
Mitakuye Oyasin

Share This